Buscar

CARTON PLEIN POUR FRANÇOISE BONARDEL À LA GRANDE LOGE DE FRANCE À MARSEILLE | @Alain Graesel


COMME TOUJOURS REMARQUABLEMENT ORGANISÉE.

LA CONFÉRENCE A ÉTÉ UN SUCCÈS.

Bravo à F. Bonardel et aux Frères organisateurs du Château Saint Antoine de la GLDF à Marseille.

Un extrait de la conférence | Pour Alain Graesel

Question AG à F. Bonardel

Le bouddhisme est-il un nihilisme ? On a parlé de "culte du néant" (voir le livre de Roger-Pol Droit). Schopenhauer a réservé un accueil très favorable au bouddhisme et Nietzsche au contraire très défavorable. Pourquoi ? Réponse de F.B. "Au 19e siècle en effet les savants, philosophes et théologiens européens accueillirent le bouddhisme avec réticence, à l’exception d’Arthur Schopenhauer (1788-1860) dont la doctrine se rapproche beaucoup des enseignements bouddhiques … mais la doctrine bouddhique, souvent qualifiée de " pessimiste ", était soupçonnée d’être un " culte du néant " susceptible de séduire les esprits faibles ou rêveurs qu’avait déçus le christianisme, ou de favoriser le nihilisme et l’athéisme …… Tel fut en particulier le diagnostic établi par Nietzsche qui appréciait les vertus thérapeutiques des pratiques bouddhiques, mais voyait néanmoins dans le renoncement prôné par le Bouddha une " extraordinaire asthénie de la volonté " capable d’aggraver l’impact du nihilisme sur les Européens doutant déjà d’eux-mêmes et fatigués d’exister." …………………… Le reste était du même style et nos invités ne s'y sont pas trompés. Succès total. …………………. J'ajoute que nous avons eu droit aussi à un moment rigolo. Alors que j'évoquais brièvement avec F. Bonardel la proximité de Martin Heidegger avec des philosophes japonais de l'école de Kyoto fondée par Nishida Kitaro - pour souligner les liens existant entre cette école et Heidegger qui l'avait influencée - nous avons eu droit à la très traditionnelle et totalement prévisible réflexion du "rebelle de service" (sa remarque a été d'une longueur et d'une lourdeur qui ont suscité l'agacement des invités) : "Comment osez-vous parler de Heidegger qui fut nazi pendant la guerre, etc… etc…" laissant entendre que lorsqu'on s'intéresse à la pensée d'un philosophe on épouse ses positions politiques. Oui Heidegger fut membre du parti nazi de 1933 à 45 et c'est impardonnable. Condamnation sans négociation. Rien d'autre à dire à ce sujet. Mais son œuvre philosophique de déconstruction de la métaphysique occidentale et sa réflexion sur l'humanisme (voir sa "Lettre sur l'humanisme" écrite en réaction à la thèse sartrienne "L'existentialisme est un humanisme") ont marqué la pensée contemporaine de manière indélébile. Et essayer de le comprendre ne fait de personne un nazi. Pas plus que d'étudier le fascisme ou le racisme ne fait de quiconque un fasciste ou un raciste. Mais bon, la "rebellitude du rebelle de service proclamateur autoproclamé de bien-pensance universelle" est devenue un moment obligé de ce type de débat. C'est presque attendrissant. Hegel dirait que c'est une manière d'intégrer le négatif dans la marche en avant de l'Esprit …. LOL. Enfin je dis ça … je dis rien. Bonne journée.

……………………

QUELQUES TITRES DE LA BIBLIO DE F. BONARDEL.

Bouddhisme et philosophie. L'Harmattan 2008. Bouddhisme tantrique et alchimie. Dervy 2012. Jung et la gnose. Ed. P.G. de Roux 2018

Des héritiers sans passé. Essai sur la crise de l’identité culturelle européenne. Ed. La Transparence 2010.

Ce dernier ouvrage, qui ne traite pas de bouddhisme mais de la manière dont les Européens laissent aujourd'hui mourir leur patrimoine culturel, est exceptionnel d'intelligence et de lucidité. Et tous les politiques en charge de responsabilité feraient bien de le lire. Mais il est épuisé …. comme notre civilisation. Enfin ce n'est que mon avis.

#freemasonry